C1.4 - Reconstitution des techniques de construction du passé à travers l'analyse physico-chimique des mortiers anciens de l'Archéologie

Jean-Michel Mechling

Résumé

Les archéologues ont parfois recours à l’analyse approfondie des mortiers pour affiner leur compréhension du bâti ancien. Ces techniques permettent de décrypter les compositions précises des mélanges et la provenance des matériaux utilisés (sables, chaux, etc.). La synthèse des données obtenues montre ainsi le degré de technicité d’une époque (hydraulicité des liants ou non, etc.), les flux économiques et les éventuelles phases de (re-)construction au cours du temps.

 

Fouille archéologique du site de Um El’Amr, Bande de Gaza (août 2002)
cliché, J-M. Mechling

L’exposé présentera les grands principes des appareillages utilisés (microscopie électronique, diffraction des RX, thermo-balances, etc.) et les résultats obtenus. On verra, par exemple, que les Byzantins appliquaient déjà des logiques constructives proches des récentes normes du génie civil, ou que les flux de chaux de construction des châteaux-forts de la région de Colmar au XIe siècle étaient dictés par des influences politiques au détriment de la simplicité de l’approvisionnement.

 

Jean-Michel Mechling – Maître de conférences en Génie Civil, Université de Lorraine, CNRS, Institut Jean Lamour (Equipe Matériaux pour le Génie Civil), F-54000 Nancy.

En pratique

ENSG – Salle H005